Distanciation sociale et santé mentale: comment gérer les conséquences?

La plupart d’entre nous ont passé ces derniers mois confinés à la maison. Pourtant, malgré cette situation, la fatigue physique et surtout mentale s’est fait toujours sentir et même plus intensément. En effet, l’éloignement social ainsi que l’isolement favorise amplement la fatigue mentale. Des milliers de pensées nous assaillent chaque jour avec les incertitudes qui s’installent et qui nous rongent. Ce qui génère un surplus d’angoisse et de tension. Pourtant, ces expériences et ces sensations n’ont rien d’anormal. C’est tout simplement la réaction du cerveau qui s’adapte à cette situation d’isolement.

Quelles sont les conséquences de la distanciation sociale sur le mental ?

Les humains sont des êtres sociaux. Nous sommes faits pour vivre en société et il est très difficile de vivre autrement ou de sortir de ce contexte. À la maison, nous faisons partie d’une société, celle de notre ville et d’une manière plus générales, de notre pays. Ainsi, il n’est pas approprié, selon les experts de parler de distanciation sociale. Ce que nous impose la crise sanitaire du COVID-19 actuel est plutôt un éloignement physique. Cependant, force est de constater que le confinement a des effets sur le cerveau humain qui réagit de différentes manières. Ce qui engendre de nombreuses conséquences, dont l’augmentation de la charge cognitive.

Le processus cognitif fait référence à toutes les activités effectuées par le cerveau. Dans une situation d’isolement, ce processus cognitif demande plus d’efforts. Ainsi, il peut par exemple arriver que nous ayons plus de mal à nous souvenir d’un numéro de téléphone. Il nous est également difficile de prendre les bonnes décisions. Fatigués mentalement, nous avons du mal à nous concentrer et à penser sur le long terme. Or, notre faculté de décider est très importante dans une situation comme la pandémie qui a changé beaucoup de choses dans notre vie personnelle et professionnelle. Nous sommes appelés à relever de nouveaux défis. Or, la situation d’isolement rend notre esprit incapable d’analyser, de planifier et de décider à long terme.

Crédit Photo: Annie Spratt via Unsplash

Que devons-nous faire ?

La première chose à faire est d’élaborer des plans pour faire face à la solitude et les effets qu’elle peut avoir sur nous. Les technologies numériques peuvent nous aider dans ce sens, dans la mesure où elles nous aident à nous connecter socialement même si nous sommes éloignés physiquement. Les activités de rassemblement peuvent également se faire en ligne. Ce qui favorisera un sentiment d’unité qui aura des impacts positifs sur la santé mentale. Il en va de même pour les travailleurs qui peuvent travailler virtuellement ensemble et ne pas se sentir seuls. Pour atténuer le sentiment de solitude causé par le confinement, internet peut ainsi devenir une solution à ne pas négliger.

Dans un second temps, il est impératif de mettre en place des systèmes de surveillances robustes pour lutter contre les violences domestiques ainsi que les cas de maltraitance des enfants. Les personnes qui subissent de telles violences doivent être en mesure de demander de l’aide à tout moment. Or, le fait de rester à la maison à tout moment peut aggraver leur cas et les empêcher de fuir et de demander de l’aide de l’extérieur. Ainsi, les systèmes de surveillance mis en place doivent assurer l’équilibre entre le besoin de distanciation sociale et la disponibilité d’endroits sûrs pour les personnes subissant des violences.

Il faut également se préparer pour faire face aux éventuelles maladies mentales causées par l’isolement à cause de la pandémie. Les ressources nécessaires doivent être à disposition pour les soins de ces maladies. Il s’agit concrètement de former des groupes d’aide et des soignants pour venir en aide aux malades et leur fournir les premiers soins psychologiques dont ils ont besoin. Il s’agit également de dépister à temps les maladies mentales liées à la situation d’isolement. Des plateformes technologiques peuvent être mises en place pour répondre à ces besoins.

Enfin, il est admis qu’il n’est pas possible pour la majorité des gens de vivre sur une très longue période sans contact physique avec d’autres personnes. Heureusement, il existe des solutions qui permettent de remédier à cette situation en minimisant les risques. En effet, comme le risque de transmission du coronavirus est plus élevé dans un endroit clos où il y a une grande proximité et où les expositions sont plus prolongées, les rencontres peuvent se faire à l’extérieur. Dans ce cas, les autorités doivent faire en sorte de mettre à la disposition du public des endroits à l’extérieur où la distanciation physique est toujours possible, mais qui permettent de pratiquer des activités comme le sport.

Write a Comment

*

code